La Commission

Un groupe de résidents locaux d’horizons et de politiques divers s’est réuni pour créer l’OPC.

L’idée d’une commission populaire a été lancée par Ken Rubin, défenseur communautaire et recherchiste d’enquête. L’élan a rapidement pris de l’ampleur lorsque différentes parties de la communauté ont exprimé leur inquiétude quant au fait que, pendant et depuis l’occupation, leurs points de vue ont été largement ignorés et leurs pertes oubliées.

Pourquoi une commission populaire ?

L’occupation de notre ville par un convoi pendant trois semaines et demie a traumatisé les résidents locaux et la communauté a besoin de guérison et de justice.

Les résidents sont à la recherche d’un moyen pour traiter ce traumatisme et leurs pertes. Ils veulent responsabiliser les gouvernements et les autorités qui n’ont pas pu mettre fin à l’occupation et protéger la santé et la sécurité publiques.

Les enquêtes officielles aux niveaux local et fédéral sont limitées dans leur portée et leur ambition.

Elles ne permettent pas de croire à un examen substantiel et indépendant, ni que les voix et les opinions des résidents seront entendues.

Quelles seront les modalités de fonctionnement de la CPO?

En mettant l’accent sur la responsabilité envers la communauté, la CPO fera la chronique de ce qui s’est passé et de ce qui ne s’est pas passé pendant et après le convoi et de son impact sur les résidents, les travailleurs et les entreprises.

Dans le cadre de consultations communautaires et d’audiences publiques, présidées par commissaires indépendants, des informations seront recueillies et des recommandations seront formulées.

Les audiences se poursuivront tout au long de l’automne et un rapport final sera publié en février 2023.

Les commissaires

La CPO est dirigée par quatre commissaires respectés, indépendants et empathiques versés en matière de droits de la personne et d’action communautaire.

Leilani

Leilani Farha

Leilani est directrice mondiale de The Shift, une organisation internationale de défense des droits de la personne axée sur le logement. Elle a été Rapporteur spéciale sur le droit à un logement convenable de l’ONU, poste qu’elle a occupé de 2014 à 2020. Son travail est animé par le principe selon lequel le logement est un bien social et un droit de la personne, et non une marchandise.

Leilani est commissaire à la Commission internationale de juristes et travaille depuis longtemps au Canada pour faire progresser les droits de la personne. Leilani est commissaire à la Commission internationale de juristes et travaille depuis longtemps au Canada pour faire avancer les droits de la personne. En tant que directrice générale de Canada sans pauvreté (2012-2020), elle a lancé avec succès une contestation fondée sur la Charte à l’égard des règles fiscales régissant les organismes de bienfaisance.

Leilani, qui est originaire d’Ottawa, copréside un groupe de travail national sur le logement. Elle collabore avec des villes de partout au pays pour recourir au droit relatif aux droits de la personne afin de s’occuper efficacement de la question des campements de sans-abri.

Alex Neve

Alex est professeur auxiliaire en droit international des droits de la personne à l’Université d’Ottawa et à l’Université Dalhousie. Il est attaché supérieur de recherche à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa. Il a été secrétaire général de la section anglaise d’Amnistie internationale Canada de 2000 à 2020. À ce titre, il a dirigé et participé à plus de quarante délégations de recherche et de défense des droits de la personne en Afrique, en Asie, en Amérique latine, à Guantánamo Bay et, plus près de nous, dans les communautés des Premières nations du Canada.

Alex est avocat, titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université Dalhousie et d’une maîtrise en droit international des droits de la personne de l’Université d’Essex. Il a été membre de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié. Il a été affilié au Centre d’études sur les réfugiés de l’Université York et il a travaillé comme avocat spécialisé en droit des réfugiés dans un cabinet privé et dans une clinique d’aide juridique communautaire. Il siège au Conseil d’administration du Centre pour la loi et la démocratie et il est Fellow de l’Atlantic Human Rights Centre.

Officier de l’Ordre du Canada, Alex réside depuis longtemps à Ottawa.

Debbie Owusu-Akyeeah

Debbie est une féministe noire primée qui possède plus de huit ans d’expérience en matière de défense des droits au niveau local et international dans divers rôles allant de la programmation et des services de conseil à l’analyse des politiques et à la gestion de projet. Elle est devenue directrice générale du Centre canadien de la diversité des genres et de la sexualité (CCDGS) en juillet 2020.

Debbie est titulaire d’une maîtrise en affaires internationales. Elle a eu le plaisir de faire le lien entre sa passion pour la justice sociale et le développement international à Oxfam Canada et Affaires mondiales Canada, ainsi qu’en faisant du bénévolat et en menant des initiatives féministes au niveau local auprès d’organisations comme la Marche Dyke d’Ottawa, Harmony House Women’s Shelter et Planned Parenthood Ottawa.

Lorsqu’elle n’est pas active dans sa communauté ou en train d’organiser des événements, Debbie joue probablement au rugby sur un terrain quelque part ou est à préparer un gâteau.

Monia Mazigh

Monia est une auteure canadienne primée et une militante des droits de l’homme – et une professeure auxiliaire et chercheuse au département d’anglais et de littérature de l’université Carleton. Elle écrit en français et en anglais et est l’auteur d’un mémoire et de trois romans salués par la critique. Son dernier roman, Farida, a remporté le Prix du livre d’Ottawa pour la fiction française. Son nouveau mémoire, « My personal journey with a « Scar…f », un essai/mémoire sur l’islamophobie genrée, sera publié en 2023. Monia est chroniqueuse pour rabble.ca, ONFr+ et Islamic Horizons, et a été publiée dans le Globe and Mail, le Ottawa Citizen, le Toronto Star et d’autres journaux. Monia est très impliquée dans sa communauté d’Ottawa, où elle collecte des fonds pour des logements abordables. Elle siège au conseil d’administration du Rideau Institute, de l’Ottawa Muslim Women’s Organization, du Centre canadien de politiques alternatives et de l’Association des Auteurs et Auteures de l’Ontario français. Monia est membre du conseil consultatif international de l’Institut pour la citoyenneté canadienne.

Les commissaires :

  • Président les audiences publiques dans le cadre desquelles les résidents, les groupes communautaires, les fonctionnaires et les experts peuvent partager leur expérience et présenter leurs points de vue.
  • Assistent aux consultations communautaires.
  • Supervisent la recherche et préparent un rapport contenant des recommandations.
  • Présentent leurs conclusions et préconisent la prise de mesures.

Afin de préserver leur indépendance, les commissaires ne sont pas rattachés au Comité directeur de la CPO, mais bénéficient de son soutien.

Audiences publiques

Les résidents locaux pourront raconter leurs histoires et présenter leurs points de vue lors d’audiences publiques.

Les audiences se tiendront dans des lieux publics de la ville et en ligne. Elles seront généralement ouvertes à la population et diffusées sur YouTube. Certaines pourront être organisées par thème. Par exemple, l’impact sur les personnes qui dépendent (ou fournissent) des services sociaux, ou l’impact sur les travailleurs et les entreprises. D’autres seront peut-être adaptées à des groupes spécifiques, par exemple, les quartiers touchés, les communautés à risque, les journalistes, les experts et les universitaires.

Tout sera mis en œuvre pour que les audiences soient respectueuses, sûres et sensibles au traumatisme que beaucoup ont vécu. Nous veillerons tout particulièrement à ce qu’elles soient ouvertes et accessibles à tous, en fournissant des services de traduction, d’interprétation simultanée et d’autres. Le soutien de conseillers en traumatologie sera mis à disposition.

Les audiences se poursuivront tout au long de l’automne. Des informations sur les dates, les heures et les lieux peuvent être trouvées ici.

Intéressé à comparaître devant la Commission lors d’une audience publique? Inscrivez-vous ici.

Consultations de la communauté

La CPO est consciente que beaucoup peuvent ne pas se sentir à l’aise de parler en public de leur expérience de l’occupation par le convoi.

La réalité est que bon nombre de personnes autochtones, noires ou de couleur, de membres de la communauté 2SLGBTQI+, de personnes plus jeunes ou plus âgées, de personnes en situation de handicap, de migrants, d’itinérants et d’autres sont quotidiennement confrontés à la discrimination et à la haine. Nous ne voulons pas accroître le risque qu’ils soient ciblés ou trollés.

C’est pourquoi nous collaborerons avec des dirigeants communautaires issus de ces divers groupes pour organiser des consultations communautaires, des espaces sûrs où les membres peuvent se réunir pour raconter leurs histoires et réfléchir à leur expérience collective. Si cela est jugé acceptable et approprié, les commissaires assisteront à ces consultations en tant qu’observateurs.

Ces histoires et les recommandations d’action seront ensuite rassemblées et présentées aux commissaires afin d’approfondir leur compréhension et d’informer leur rapport.

Organiser une consultation communautaire vous intéresse? Contactez-nous.

Comment puis-je aider?

La CPO ne peut fonctionner sans fonds ni bénévoles. Votre contribution, aussi minime soit-elle, peut faire une grande différence en veillant à ce que la voix de la communauté soit entendue.